un petit poisson sur la gomme



aujourd'hui, on peut en accrocher,
on peut aussi en tamponner,
ou les deux !

il vous faudra peu de choses,
un petit mot sur les gouges, elles se trouvent facilement en magasin de loisirs créatifs, ou en ligne,
elles sont destinées le plus souvent à la linogravure mais se prêtent très bien à la gomme

un petit mot sur les gommes, il en existe certaines spécialement dédiées à la gravure,
mais pour des petits tampons, les gommes d'écoliers sont parfaites


tracer le contour de la gomme permet de bien cadrer son dessin,
il faut penser aussi à son orientation,
et le décalquer dans le bon sens


il faut réfléchir à ce que l'on veut voir imprimé :
quelles parties seront en couleur : on n'y touche pas
lesquelles resteront blanches : on les creuse
mais tout ça reste de la petite cuisine
(si comme moi on fait cela en amateur, pour le plaisir),
on y va pas à pas, tranquillement,
on improvise un peu,
les gouges ont des têtes interchangeables,
on les adapte aux besoins,
la gomme est très tendre, on fait des gestes lents


ça permet de passer de l'image qu'on s'en faisait à l'image que ça fait,
ça permet d'ajuster,
de guider la fin de la gravure et de cibler les gestes

pour le papier, n'importe quel encreur fera l'affaire,
pour le tissu, il en existe dont l'encre se fixe au fer à repasser,


c'est un vrai plaisir de graver la gomme,
on a parfois du mal à reposer la gouge,

même quand le dessin est très simple,
même quand il est imparfait,
on obtient de grandes satisfactions,
sans blague !
allez-y, gravez et tamponnez !

carnet d'adresses :
ma gouge vient d'ici,
mon encre bleue, spécialement pour le tissu, vient de

les trésors du dimanche



ce week-end, une heure s'est envolée,
mais il y a eu des trésors trouvés,
une théière en émail rouge ornée d'un vieil autocollant,
trois boutons de bois très usés, tout doux, qui ont immédiatement fait écho à mes deux écheveaux de cyrano,
un abat-jour en cuivre, parce que j'aime y ranger les tissus,
et un lumineux grand bol en émail jaune-on-ne-peut-plus-jaune, pour faire tinter les couleurs

un peu de temps perdu, 
certes ...

imelda et ulysse



Aujourd'hui, je vous parle de ce joli projet en cours,
qui avance de-ci de-là, au gré des petits espaces temps ...

C'est imelda, de Nadia Crétin-Léchenne.
Je le tricote avec Ulysse de De rerum natura, en coloris genêt, avec des aiguilles n° 3,5.

J'aime beaucoup sa conception, le juste dosage entre les espaces où l'on file sans réfléchir et les petits plaisirs de dentelle, qui demandent momentanément un tout petit plus d'attention et donnent du piquant à l'ensemble, sans freiner l'avancée.

Surtout, j'aime qu'il se tricote d'un seul tenant, sans aucune maille à relever ; c'est un direct, sans correspondance, et ça me plait tout particulièrement.

C'est un modèle qui pioche de la modernité et de la simplicité dans son point mousse, du chic et du charme dans sa dentelle.

J'ai terminé les augmentations, maintenant, je redescends tout doucement ...

La laine est super, elle fait un très joli point mousse, j'aime son moelleux et son maintien tout à la fois.
En ce moment, c'est une laine qui me passionne, ainsi que la belle histoire derrière tout ça.

Imelda sera parfait pour le printemps, juste de quoi se protéger un peu quand on a envie de se découvrir ...

Alors, si vous avez envie de tricoter un châle, celui-ci pourrait faire votre bonheur.



tricoter - projet #6


Je reprends le fil de ma petite série tricoter, le parcours du débutant,
quelque peu décousu, ce fil,
désorganisé, au fil de la vie,
suspendu un moment, il y a tout juste une semaine,
pour accueillir ma toute petite fille ...
éole l'attendait aussi,
pour la réchauffer, 
en fait de vent, c'est un petit souffle doux ...
un très joli modèle de nadia,
que j'ai tricoté en ulysse de de rerum natura,
dans la taille 0-3 mois,
avec de la confiture de rose
et du potimarron,
douce et chaleureuse recette,

je n'avais qu'une pelote de chaque,
les rayures se sont imposées,
 
j'ai utilisé des aiguilles circulaires 3,5 mm,

dans l'ordre de mon petit parcours, 
c'est mon deuxième gilet sans couture,
(je vous montrerai le premier un peu plus tard,
quand je disais que c'était décousu)
un vrai plaisir,
je suis tellement contente d'avoir découvert cette technique,
grâce notamment au livre de karen borrel,
(tricot, secrets de fabrication, hachette),
qui nous donne les clés en toute simplicité pour l'apprivoiser,

avec ce projet, j'ai découvert 
la bordure en i-cord,
et les rangs raccourcis,
et fait de très jolies augmentations sur les épaules,
de quoi monter un tout petit plus en technique,
solidement campée sur des explications limpides ...  

des petits boutons bonbonesques,
aux allures de tagada,
le petit plaisir en plus